Blog sans nom et sans mots

CLAUSD "Le ciel allume, la terre nourrit." (Lie-Tseu)

17 mars 2017 ~ Commentaires fermés

Apocalypse Now (1) : La colère des justes

(aux innombrables victimes des guerres, famines et attentats, sous la responsabilité de nos gouvernants, et avec notre complicité à tous la plus éhontée)

Il n’y a pas de problème, il n’y a que des défis.

12 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

Plouc (2) : De l’égalité et du handicap

Pour un véritable chrétien ou socialiste, le seul sentiment juste à l’endroit des handicapés doit probablement être la pitié – non une pitié attendrissante ou larmoyante faite de contrition personnelle ou de bons sentiments, mais une pitié fondée sur l’humilité, profonde et mystérieuse, de lâcher-prise, à l’opposé exact du sentiment de supériorité. Tout chrétien ou tout socialiste devrait considérer les handicapés comme supérieurs à lui-même, sans en tirer une sorte de laisser-passer pour sa conscience personnelle, de validation dans sa relation de puissance à Dieu ou à l’idéologie. Il est vrai qu’il y a des handicapés plus « doués » que d’autres ou qui nous touchent davantage simplement sur le plan humain : tous ceux qui ont l’habitude de les côtoyer le savent bien. Mais sur le plan religieux, un handicapé est sacré même lorsqu’il se fourvoie, comme c’est parfois le cas, dans des stratégies de « récupération » de faveur ou de dignité aux yeux de ceux qu’il considère comme « normaux » ou meilleurs : on doit comprendre qu’alors sa souffrance est évidemment démultipliée. Telle est la véritable égalité, loin des hiérarchies, et c’est certainement le secret des saints depuis toujours, aujourd’hui souvent laïcisés (je pense par exemple à certains « professionnels » de santé, d’encadrement ou d’aide à la vie, mais aussi à n’importe-quel juste ordinaire), que de savoir traiter tout naturellement avec eux, de les aider à progresser, tout en se considérant soi-même comme inférieurs à eux, car telle est la véritable élévation, et tout le monde progresse.

10 décembre 2016 ~ 1 Commentaire

Si tout a toujours été faux

Un jeune SDF me causait une fois de l’avenir : « S’il y en a un » a-t-il rajouté. 25 ans il avait. C’était un gars dont on sentait qu’il pensait, qu’il réfléchissait, tout en étant encore sonné du nouveau sort que la vie lui avait fait : la rue. On n’a pas parlé longtemps : le malaise aurait eu vite fait de s’installer. C’était un type solitaire, qui lisait, qui pensait. Et puis quoi, quel horizon pour lui ? Nada.

Un autre, à l’autre bout de la vie, 18 ans de carrière sous les ponts, me faisait lui cette réflexion : nous sommes arrivés au bout d’un cycle, et comme le printemps après l’hiver, immanquablement il y aura un renouveau. Hélas, cela ne se fera pas sans un grand nombre de destructions. Il n’y avait ni peur, ni rancune dans sa voix ou dans ses yeux : un beau mélange de sérénité, de digne détermination, et de lucidité simple, réfléchie mais non-intellectuelle. Cependant, évidemment, son sort le préoccupait en sourdine : comment ça meurt, un sdf ? Qui vient vous retrouver ou vous accompagner dans la mort ? Qui vous enterre, si vous êtes enterré ? Hm ?

Ne sommes-nous pas tous ces sdf ? Ne sommes-nous pas tous, au fond, condamnés à mort, inutiles et sans avenir ? N’y a-t-il pas là une sorte de sagesse inédite qu’il faut faire nôtre, en lieu et place de nos bourgeoises ou scolaires habitudes de penser ? N’y aurait-il pas une sorte de libération devant la prise de conscience de notre destinée ? Si tout a toujours été faux, le vrai n’en existe-t-il pas pour autant ?

09 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

Plouc (1) : Second autoportrait

Second autoportrait

01 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

Africa (5) : sans titre

Image de prévisualisation YouTube

30 octobre 2016 ~ 0 Commentaire

Twist-New generation (1) : sans titre

C’est très bon :

Image de prévisualisation YouTube

22 octobre 2016 ~ 0 Commentaire

La Nature (20) : sans titre

(à Jack London) : Ensuite, il aurait fallu nourrir ce loup.

Poemesmichele |
Keepcalmandwritepoems |
atout voyance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Et si Maheu et la Maheude a...
| Huonokazi
| Bel-Ami et les femmes